Dans l’univers du graffiti sur trains, Moses et Taps sont incontournables. Pour eux, pas de répit : les deux graffeurs enchainent les pièces originales et conceptuelles sur les trains du monde entier, mais aussi et surtout chez eux, en Allemagne.

Et l’histoire ne s’arrête pas là, car le duo aime jouer avec les codes du graffiti : Échange de noms, pièces abstraites, éclaboussures et autres giclures de peinture… tout ça en se payant le luxe d’exposer certaines de leurs œuvres en galerie.

Retour en 2007. Moses rencontre Taps. Ensemble, ils forment le collectif Top Sprayer™ pour un premier projet ambitieux : peindre mille trains dans le monde entier en mille jours en utilisant le nom de l’autre. En se débarrassant de certaines règles contraignantes du graffiti, ils se mettent à l’abri des poursuites. Au minimum, ils brouillent les pistes. Le résultat, un premier livre intitulé International Topsprayer™. Après plusieurs tirages face au succès, l’ouvrage est désormais officiellement épuisé. En attendant le second volume ?

Si tu passes quinze ans à peindre ton nom, tu as l’impression d’avoir créé quelque chose de précieux. Mais en prenant du recul, on peut se poser la question de la valeur de tout ça. Au final, il ne reste rien d’autre qu’une contrainte de sa propre liberté. Avec ce projet, on voulait atteindre un but bien plus important que préserver notre liberté. On n’acceptait plus les anciennes interprétations de la justice concernant le graffiti en Allemagne. On a bossé contre ça ! Auparavant, c’était facile pour la justice qui se servait des règles inhérentes au vandalisme. Elle pouvait poursuivre un individu pour tous les graffitis réalisés avec un certain alias. C’était valable d’ici à Tombouctou. Désormais ce n’est plus possible.
-Moses & Taps

Tous les avocats utilisent désormais le livre International Topsprayer™ devant les tribunaux. « Le livre de deux kilos regroupe mille pièces réalisées par un nombre incalculable de personnes. D’abord Moses et Taps ont échangé leur nom, puis ils les ont échangés avec des amis du monde entier et enfin, ils précisent que n’importe qui peut les utiliser. Comment pourraient-ils l’empêcher ? » Aujourd’hui, les juges se marrent quand l’accusation explique l’histoire d’un alias en lien avec une seule personne comme étant la chose la plus importante dans le graffiti, et que personne ne le copierait jamais. Désormais, un alias n’est plus une preuve.
-Moses & Taps

Ainsi, pour leur nouveau projet intitulé Moses Alias Taps, et histoire de brouiller un peu plus les pistes, le duo donne naissance à une troisième personnalité artistique : Alias™.

Et là, c’est le déluge ! on vous laisse apprécier cette sélection non-exhaustive, une collection d’une soixantaine de pièces apparues sur le net entre 2017 et 2018.